Transformation digitale : small is beautiful ?

partenariat // 30 octobre 2018

Les études sur la pseudo-révolution digitale font toutes le même constat accablant : les entreprises françaises sont en retard par rapport à leurs concurrents étrangers et n’ont pas encore fait leur mue numérique. Le rapport Deloitte (1) indique par exemple que seules 11 % des TPE et des PME de moins de cinquante salariés sont équipées en outils digitaux liées à la productivité. Soit deux fois moins que les PME européennes. « Sachant qu’elles constituent 99 % des entreprises françaises, ce retard a de quoi alarmer », note Guillaume Broutart, country manager France chez Teamleader (2).

Eviter le « parcours du combattant »

La question ne se pose évidemment pas chez les digital natives, et encore moins chez les pure players. Pour eux, « les contraintes ne sont pas les mêmes que lorsque l’entreprise est déjà en place », note Bernard Drui, directeur général de Protiviti (3). Une entreprise existante doit donc faire un effort d’adaptation important pour se mettre à niveau. Mais comment effectuer sa transition digitale sans que cela tourne au « parcours du combattant » ou au « chemin de croix », s’interroge Guillaume Broutart ?

Construire sa stratégie autour du digital

Réponse : en adoptant les outils numériques les mieux adaptés à ses besoins et en s’entourant des partenaires les plus qualifiés, quitte à « partir du digital pour construire la stratégie de l’entreprise ». On a ainsi « la possibilité de se poser les bonnes questions en amont : quels outils correspondront à l’activité de l’entreprise, à l’organisation interne envisagée, à la culture insufflée au projet, à la future stratégie de vente ? »

Choisir un partenaire de même taille

Le choix des outils et des partenaires s’avère donc crucial. Mais comment trier le bon grain de l’ivraie dans la masse d’acteurs qui gravite dans la galaxie numérique ? C’est encore le country manager France de Teamleader qui apporte la réponse : « Les TPE et PME gagneraient à se tourner vers des sociétés stratégiquement spécialisées dans l’accompagnement digital des entreprises de leur taille et proposant des solutions simples et abordables. » Cette similitude entre le client et son prestataire peut aider à lever les freins psychologiques qui inhibent encore trop d’entreprises rebutées par la complexité apparente des outils numériques.

telecharger-le-guide-des-cas-clients

Gagner en efficacité opérationnelle

Le jeu en vaut la chandelle, « quand on sait que les outils de CRM (gestion de la relation client) peuvent faire gagner 30 % de son temps à une entreprise ». (2) Benoît Favre-Nicolin, associé KPMG, abonde dans ce sens en soulignant que « les entreprises entrent souvent dans la transformation digitale avec la volonté d’améliorer leur relation client, mais là où elles gagnent finalement, c’est en efficacité opérationnelle, en développant de nouvelles façons de travailler et d’optimiser les tâches ».

D’autres articles qui pourraient vous plaire

Adapter la relation client au multicanal digital

Comme souvent, les Gafa (Google, Apple, Facebook et Amazon) donnent le ton, soit en précédant la mode, soit en collant au plus près des tendances. Or, selon Dimelo, les géants du Net « ont annoncé leurs objectifs et leur...

Transformation digitale : small is beautiful ?

Les études sur la pseudo-révolution digitale font toutes le même constat accablant : les entreprises françaises sont en retard par rapport à leurs concurrents étrangers et n’ont pas encore fait leur mue numérique. Le rap...

Digitalisation : une révolution “invisible” mais bien réelle

La cause est entendue : « La transformation digitale est un thème dans l’air du temps, mais qui reste bien vague pour un dirigeant de PME-ETI », écrit Bpifrance Le Lab dans son enquête menée auprès de 1 800 chefs d’entre...

Vous aimeriez recevoir les dernières actualités par email ?
Abonnez-vous à notre newsletter !