Les solutions logicielles freemium ne sont ni votre seule, ni votre meilleure option

Tendance // 24 août 2018


Des jeux vidéos aux applications de l’économie du partage, le modèle freemium est partout. Comment mieux convaincre un prospect que de mettre à sa disposition une version gratuite de votre produit ? L’intérêt de l’investissement dans les fonctions premium s’impose ensuite de lui-même.


Pourtant, de nombreux utilisateurs déplorent l’expérience client que leur réservent les  modèles freemium. Des retours d’autant plus inquiétants, que certaines entreprises comptent sur les solutions logicielles freemium pour développer leur business model.


Moins médiatisée, la revente de logiciels en marque blanche s’avère pourtant un modèle économique plus fiable que les solutions open source. Un comparatif poussé des deux business models ouvre vos options quant au développement de votre entreprise.

 

Comment booster votre business avec un partenariat en marque blanche ?

  1. Les logiciels gratuits n’ont pas que des avantages


De nombreux éditeurs de solutions digitales en open source choisissent de les commercialiser en freemium. Le modèle freemium consiste à mettre la version gratuite d’un logiciel à la disposition des utilisateurs. Ceux-ci se voient ensuite proposer de payer pour des fonctionnalités améliorées.


C’est aussi un modèle qui n’existe pas. Ou plutôt, qui se décline en de nombreux business models :


  • La version gratuite du modèle classique est utilisable en l’état. Très peu d’utilisateurs optent pour la version payante ; ce qui est conforme aux attentes du vendeur.

  • Une version dégradée de ce modèle propose des interfaces gratuites avec une UX basique voire défaillante. Les utilisateurs s’en contentent, au regret des vendeurs, qui espèrent booster les achats.

  • Le modèle du produit alternatif consiste, pour une entreprise qui édite un logiciel premium, à organiser sa propre concurrence. Elle met sur le marché une version gratuite mais dégradée de son outil. Sur le long terme, elle espère amener les utilisateurs à se décider pour le logiciel premium.

  • Le modèle de l’écosystème monétise un produit gratuit de base, en proposant des modules payants construits par d’autres producteurs. Ceux-ci participent ensuite au financement du produit gratuit.

  • Enfin, le modèle du réseau monétise la présence des utilisateurs - souvent auprès d’agences publicitaires.

On se pose les questions du succès de ces modèles économiques. La seule vente des options premium leur permet-elle vraiment d’atteindre leur seuil de rentabilité ?


Les solutions freemium comptent surtout sur l’économie des coûts de marketing. La version gratuite de leur produit génère suffisamment de trafic sur leurs sites web pour qu’elles puissent presque s’en passer.



  1. Le modèle freemium vous laisse livré à vous-même


On note cependant un autre point commun entre l’ensemble des business models premium. Chacun reproduit une asymétrie d’informations et d’attentes entre producteurs, vendeurs, et utilisateurs.


  • Les développeurs espèrent financer leur travail d’innovation. A la place, ils se voient souvent obligés de laisser des outils inachevés lorsque les utilisateurs refusent de jouer le jeu.

  • Les vendeurs misent beaucoup sur l’attrait de leur offre gratuite. Ils en sont pour leurs frais, s’ils doivent finalement recourir à la publicité. Nombre d’entre eux se lancent sans calculer les risques du modèle freemium, et ne parviennent pas à vendre les logiciels payants.

  • Certains utilisateurs font le choix frustrant d’une version dégradée mais gratuite d’un logiciel. D’autres sont déçus lorsqu’un logiciel freemium dans lequel ils ont investi cesse ses mises à jour par manque de fonds.

Un business model freemium fait le choix assumé d’entretenir les antagonismes autour d’un produit. Il maintient sciemment l’ensemble des parties prenantes dans l’incertitude.


En cela, il s’inscrit à l’opposé de l’esprit de symbiose et de renforcement mutuel promu par la revente de solutions digitales en marque blanche.


Tout comme le modèle premium, la revente en marque blanche vise à financer l’innovation digitale.


Une équipe de développeurs choisit de se concentrer sur son coeur de métier. Elle conçoit des logiciels payants innovants. Et elle les met sur le marché en économisant les frais de communication - mais suivant une toute autre méthode! Elle confie la gestion commerciale de ses produits ou services à un revendeur en marque blanche.


Celui-ci met les logiciels payants sur le marché, sous sa propre marque. Il élargit instantanément son offre, et développe l’une de ses propres compétences : la gestion de la relation client. Il connaît à la fois le marché des logiciels innovants, et les besoins de ses clients. Loin de se contenter de distribuer ses produits ou de manipuler ses clients, il devient leur conseiller



  1. Le partenariat Agendize vous garantit une offre évolutive et adaptée à vos clients


La revente en marque blanche ouvre aux entreprises des perspectives de croissance pérenne, à court comme à long terme. C’est cette stratégie de développement réaliste et équilibrée qui a convaincu Agendize d’opter pour la revente en marque blanche.


Nous nous spécialisons dans la relation client digitale. Notre gamme d’applications innovantes inclut :


  • la prise de rendez-vous en ligne,
  • la file d’attente digitale,
  • le click-to-call,
  • le click-to-chat,
  • les enquêtes de satisfaction…

Et la liste s’allonge au fil de notre veille technologique. Nous anticipons les attentes de vos clients. Et grâce à leur API de pointe, nos logiciels peuvent s’intégrer à n’importe quel environnement SI en quelques clics.

 

Nos portes sont ouvertes à de nouveaux revendeurs ! En quelques clics, vous pouvez, vous aussi, proposer nos logiciels à vos clients. Elargissez votre offre grâce à des produits innovants et sans cesse mis à jour. Faites monter vos équipes en compétence en leur faisant suivre notre programme d’accompagnement à la vente. Et organisez la croissance de votre entreprise !




Agendize a développé une double expertise de la relation client digitale, et de la revente en marque blanche. Nous ne demandons qu’à vous en faire profiter! Contactez notre responsable Marque blanche dès aujourd’hui.

D’autres articles qui pourraient vous plaire

Transformation digitale : les entreprises ont tout à y gagner

  Les chiffres sont sans appel. Deux tiers seulement des PME françaises ont un site Web, contre trois quarts dans le reste de l’Union européenne. Seule une sur huit pratique l’e-commerce, quand sept consommateurs sur dix...

Marque blanche vs Développement maison : Quel ROI pouvez-vous espérer ?

La course à la rentabilité mène le monde ! Les entreprises qui conquièrent leur marché conçoivent des stratégies d’investissement complexes. De coûteuses études de marché étayent leurs prévisions de rentabilité. Enfin… C...

Partenariat Agendize : un accompagnement dédié pour réussir votre go-to-market

Concevoir une solution innovante, c’est bien. Mais ce n’est que le premier pas vers un succès commercial. Le go-to-market cristallise l’incertitude, le risque, et les tensions que soulève tout programme de R&D. Même dans...

Vous aimeriez recevoir les dernières actualités par email ?
Abonnez-vous à notre newsletter !